« Algues vertes, l’histoire interdite » : un tournage qui dérange en baie de Saint-Michel-en-Grève ( LT.fr – 05/08/22 – 16h09 )

Les élus de Saint-Michel-en-Grève ont indiqué qu’ils ne s’opposeraient pas au tournage du film « Algues vertes » sur leur commune mais qu’ils n’apporteront aucune aide logistique à l’équipe du film. I
Les élus de Saint-Michel-en-Grève ont indiqué qu’ils ne s’opposeraient pas au tournage du film « Algues vertes » sur leur commune mais qu’ils n’apporteront aucune aide logistique à l’équipe du film. Ils dénoncent un synopsis « à charge, en particulier contre le système agricole ».

La BD « Algues vertes, l’histoire interdite », d’Inès Léraud et de Pierre Van Hove, va être adaptée au cinéma. L’équipe de tournage cherche actuellement des lieux de production. Mais pour le maire de Saint-Michel-en-Grève (22) et le patron de Lannion-Trégor Communauté, pas question de participer, « de quelque manière que ce soit ».

« Il y a huit baies algues vertes en Bretagne, mais c’est toujours la nôtre qui est mise en avant… Ils veulent faire un film, c’est leur droit, mais nous ne participerons pas à ce projet. » François Ponchon, maire de Saint-Michel-en-Grève, a appris, non sans colère, le tournage à venir de l’adaptation au cinéma de la bande dessinée « Algues vertes, l’histoire interdite », d’Inès Léraud et Pierre Van Hove. Elle retrace l’histoire des marées vertes, depuis leur origine jusqu’à aujourd’hui, pointant du doigt le rôle de l’élevage intensif et les intérêts agro-industriels qui en découlent.

Un film et une BD « à charge »

C’est Pierre Jolivet, réalisateur connu pour ses thrillers comme « Force majeure » avec F. Cluzet et P. Bruel ou ses films sociaux comme « Fred » ou « Ma petite entreprise » avec V. Lindon, qui doit réaliser ce film. Film qui sera tourné au mois de septembre et aura pour décor plusieurs communes du littoral breton, dont Saint-Michel-en-Grève. Une nouvelle qui ne réjouit pas le maire : « La société de production 2.4.7 Films nous a sollicités ainsi que Lannion-Trégor Communauté (LTC) pour que l’on mette à leur disposition des lieux de tournage. Ce qui nous chagrine, c’est que le film est une stricte application de la bande dessinée (qu’il reconnaît ne pas avoir lue). Elle ne fait pas référence aux progrès réalisés ces dix dernières années. (…) S’ils viennent avec les caméras, on ne les empêchera pas, mais on ne participera pas non plus, de quelque manière que ce soit ».

© Lionel LE SAUX; Saint-Michel-en-Greve, France le 30 juin 2010 - ramassage d'algues vertes sur la plage de saint-michel-en-greve -
Si les communes d’Hillion, de Locquirec ou de Saint-Michel-en-Grève ont accepté que des scènes soient tournées chez elles, plusieurs municipalités souhaitent empêcher le tournage du film sur leur sol.

Il n’y a pas qu’à l’échelle municipale que le projet dérange. À LTC, il file également de l’urticaire à Joël Le Jeune, président, qui n’en peut plus de voir la baie de Saint-Michel « systématiquement » assimilée aux algues vertes : « Vous allez n’importe où à Saint-Michel-en-Grève, vous parlez des algues vertes : vous verrez que les gens en ont marre ! ». Collaborer avec l’équipe de tournage pour souligner les progrès accomplis ? Le Trégorrois ne l’envisage pas : « Ils n’ont pas pris la peine d’en parler dans la BD, pourquoi le feraient-ils dans le film ? Parler des efforts, ce n’est pas vendeur ».

PHOTO CLAUDE PRIGENT / LE TELEGRAMME. SAINT-MICHEL-EN-GREVE (22) : Algues vertes , ramassage en baie de Saint-Michel-en-Grève .
La Région Bretagne, qui a jusqu’au 15 septembre pour accorder une subvention au film, n’a pour l’instant pas répondu à la demande de l’équipe de tournage.

Aucune subvention de la Région à l’horizon

Inès Léraud affirme avoir tenté de trouver un terrain d’entente avec la municipalité de Saint-Michel : « Nous leur avons proposé de ne pas filmer le panneau d’entrée de la commune. En ce qui concerne les mesures prises ces dernières années, nous avons proposé aux élus qui le souhaitent de rédiger des textes pour les ajouter au générique et réactualiser la situation ».

Si elle savait le sujet sensible, la journaliste n’imaginait pas que le film provoquerait une telle levée de boucliers : « Au-delà de Saint-Michel, plusieurs maires ont refusé que l’on tourne dans leurs communes. Certains ont même appelé le préfet… Personne dans l’équipe n’imaginait à quel point cette histoire est encore interdite aujourd’hui ».

Au point que le film soit menacé ? « On a des solutions pour tout, on va pouvoir tourner sans problème », assure Inès Léraud. « La seule chose difficile, c’est de boucler notre budget. Pour l’instant, la Région ne nous a pas apporté son soutien alors que le film est entièrement tourné en Bretagne… C’est complètement fou. »

Source : « Algues vertes, l’histoire interdite » : un tournage qui dérange en baie de Saint-Michel-en-Grève – Lannion – Le Télégramme (letelegramme.fr)

Auteur : Laura Ayad, Jennifer Pinel

Un commentaire

  1. Les algues vertes sont aussi le résultat du « miracle » économique breton qu’est le développement de l ´industrie agricole….et l’addition est salée !!!!
    Et les élus, pour leur grande majorité, ont toujours été à la botte du patronat breton incarné par l’institut de Locarn !
    Et bientôt, il va falloir laver l’eau pour la rendre buvable!
    Merci les «  décideurs »!
    Au fait les « décideurs », ça vous viendrait pas à l’idée de démissionner afin d’aller exercer vos incompétences dans le macramé ?
    Non? Quel dommage !….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.