QUI SONT VRAIMENT « LES MAFIAS » QUI AMÈNENT DES MILLIERS D’IMMIGRÉS SUBSAHARIENS AU MAROC ? ( H&S.com – 28/06/22 )

Les chiffres officiels sont de 23 morts mais des ONG en sont déjà à 45, le fait a sidéré mais qu’en est-il des responsables d’un tel massacre ? Dans la déclaration publique dans laquelle il a décrit le massacre de migrants perpétré à la frontière de Melilla par la gendarmerie marocaine comme une « opération bien menée », le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, a souligné comment les seuls coupables de ce qui est arrivé sont les « mafias qui font le trafic d’êtres humains », et ce dans le but de disculper son allié alaouite. Mais comment les milliers de migrants subsahariens qui tentent de traverser la frontière vers l’Europe arrivent-ils vraiment au Maroc ? Lehbib Abdelhay, dans un article publié dans EC Saharawi, répond à cette question importante et ce qu’il décrit ne relève pas de petits groupes mafieux mais bien du crime d’Etat qui lui-même met en jeu nécessairement des responsabilités de classe, celle des capitalistes qui sont les mêmes qui financent les partis d’extrême-droite et les mercenaires. ( note et traduction de Danielle BLEITRACH pour histoireetsociete)

Trafic de drogue et immigration irrégulière : les deux grandes entreprises du nouveau partenaire de l’Espagne, le Maroc…

La production très importante de drogues au Maroc, ainsi que les preuves croissantes de la relation entre le monde des trafiquants de drogue, de l’immigration clandestine et du terrorisme, rendent nécessaire de pousser l’étude, largement prospective, d’une relation fructueuse entre les criminels et d’une convergence progressive entre les trois phénomènes.

La compagnie aérienne marocaine de transport aérien, Air Royal Maroc (RAM), a commencé à exploiter ses premières routes vers l’Afrique subsaharienne à la mi-1961, lorsque la compagnie a commencé ses premiers vols entre Rabat et Bamako, la capitale du Mali. Cinquante ans plus tard, plus précisément en 2011, royal Air Maroc a ouvert les lignes vers Bissau et Luanda, puis la ligne vers N’Djamena en juin 2014 et la ligne vers Nairobi en 2016. La compagnie aérienne marocaine vient de s’agrandir pour couvrir plus de la moitié du continent africain.

Malgré cela, personne n’a remarqué le saut que Royal Air Maroc a fait sur le continent africain au cours des dix dernières années, ni comment elle a multiplié, en peu de temps, ses vols réguliers depuis 15 pays africains vers 39 pays du continent. En outre, personne ne s’est interrogé sur ce que la compagnie aérienne marocaine transporte vers les pays africains, en particulier l’Afrique subsaharienne, et qu’est-ce que ces pays renvoient au Maroc?

Pour se faire une idée, il suffit de rappeler que la compagnie aérienne algérienne, Air Algérie, ne couvre que 7 pays subsahariens, tandis que Tunisair (compagnie aérienne tunisienne) couvre 14 pays, et ses prix sont bien inférieurs à ceux de Royal Air Maroc. Cependant, ce dernier couvre 39 pays africains.

Uniquement depuis l’aéroport Mohamed V de Casablancales avions de Royal Air Maroc opèrent des vols réguliers vers : Burkina Faso, Éthiopie, Niger, Sénégal, Soudan, Congo, République démocratique du Congo, Guinée équatoriale, Guinée-Bissau, Gambie, Cap-Vert, Afrique centrale, Angola, Ghana, Nigéria, Sierra Leone, Libéria, Tchad, Togo, Bénin, Mali, Madagascar, Afrique du Sud, Madagascar, Luanda, Cameroun, Kenya, Ouganda et Swaziland. En Afrique du Nord, Royal Air Maroc opère des vols réguliers vers l’Égypte, la Libye, la Tunisie, l’Algérie et la MauritanieRoyal Air Maroc dispose du plus grand nombre de vols directs, souvent jusqu’à sept vols par semaine, sa flotte aérienne compte 52 avions de différents constructeurs.

Par conséquent, 47% des vols Royal Air Maroc sont destinés à l’Afrique, ce qui signifie que seulement 53% des vols réguliers de la compagnie aérienne marocaine sont effectués vers le reste du monde, y compris les vols intérieurs.

Cela dit, il est nécessaire de poser les questions suivantes:

– Pourquoi la compagnie aérienne marocaine fait-elle autant de voyages en Afrique subsaharienne alors que la plupart des Marocains voyagent en Europe, principalement en France et en Belgique, et n’ont aucun intérêt pour les pays africains? D’autre part, la plupart des Subsahariens cherchent à émigrer en Europe à la recherche de travail et d’une vie digne, mais pourquoi le font-ils principalement par le Maroc ? Il existe d’autres itinéraires, mais le plus fréquenté de ces dix dernières années pour l’immigration clandestine est celui du Maroc.

– Quels produits commerciaux le Maroc produit-il et exporte-t-il vers l’Afrique, qui lui garantissent des profits si importants qui justifient leur transport par avion au lieu d’un transport maritime moins coûteux ?

– Qui sont les passagers africains en provenance d’Europe, par exemple, qui préfèrent Royal Air Maroc à Air France, Air Algeria, Iberia ou Tunisair, bien que le prix des billets sur Royal Air Maroc soit le plus élevé de tous ? Par exemple, Air Algérie a un vol d’Alger à Ouagadougou avec un prix qui s’élève à 622 euros et Dakar avec un prix qui s’élève à 213 euros, tandis que Royal Air Maroc coûte environ 867 euros à Ouagadougou et Dakar environ 820 euros.

 Qu’est-ce qui pousse l’Etat marocain à étendre encore son réseau aérien malgré le fait que des chiffres précis confirment que le pourcentage de bénéfices à destination de l’Afrique ne dépasse pas 59% au maximum et tombe parfois à 35% ?


Qu’est-ce qui se cache derrière ces chiffres?

Quiconque connaît le Royaume du Maroc et le pilier de sa politique économique, et connaît ses méthodes, devrait réfléchir à deux questions clés : le mystérieux dossier du trafic de drogue et la question de l’immigration clandestine en Europe.

Premièrement: le dossier sur le trafic de drogue et les produits narcotiques

De 2003 au 26 juin 2020, dans ce pays d’Afrique du Nord, la production de cannabis augmente et l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) affirme que la production a augmenté de 30% par rapport aux années précédentes, ce qui lui permet d’atteindre 90% de la production mondiale contre 87% en 2017.

Le Maroc produit plus de 40 000 tonnes de cannabis par an sur une superficie cultivée de 67 000 hectares, des chiffres qui maintiennent le pays en tant que principal producteur et fournisseur de cette plante hallucinogène, selon le rapport de l’UNDOCL’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), auteur du document, indique que le Maroc est loin devant le prochain pays sur la liste, l’Afghanistan, qui produit 4 000 tonnes par an, sur une superficie cultivée de 20 000 hectares.

Selon le rapport, le prix d’un gramme de cannabis en Europe est égal à 5,4 dollars, et pour connaître le nombre de transactions marocaines de cannabis à l’étranger, si l’on considère que, selon les données fournies par les Nations Unies, 80% de la production de cannabis est destinée à l’exportation à l’étranger, 20 pour le marché intérieur, le nombre de transactions marocaines de cannabis est de 11 866 901 166 dollars (10 milliards d’euros), soit 23% (exactement comme indiqué dans le rapport du ministère des Affaires étrangères du Maroc, qui n’a pas plu aux Marocains ces derniers mois) de production. Des rapports de renseignement et d’autres organismes internationaux confirment que la proportion de haschich marocain vendue sur le marché européen est estimée à 785 tonnes, et si nous savons que la frontière avec l’Algérie est fermée et que l’Algérie est un pays qui suit une politique très stricte dans la lutte contre la propagation de ce produit, ce qui signifie que le pourcentage qui peut arriver sera très important, et la même chose à travers le Mur de la Honte Marocaine construit au Sahara Occidental, maintenant en guerre, alors où le reste est-il vendu?, les 3 200 tonnes qui restent.

La question fondamentale reste la même, où le Maroc vend-il les 3 200 tonnes de cannabis ?

Pour faire d’une pierre deux coups, c’est-à-dire pour faire le commerce de la drogue et le blanchiment d’argent, le Royaume du Maroc s’appuie fortement sur Royal Air Maroc. Peu importe le nombre de passagers voyageant sur chaque vol, peu importe le profit qu’ils tirent du transport de passagers et de certains produits à destination et en provenance du Maroc. La chose la plus importante est « l’or marocain »: « La drogue. Plus de 2 000 tonnes de résine de cannabis vont en Afrique par l’intermédiaire de Royal Air Maroc.

La quantité est énorme et très rentable, 3 200 tonnes de cannabis, et si nous maintenons le même prix du marché dans les quotas à Aruba, c’est-à-dire 5,4 dollars le gramme, le prix total sera de plus de 17 milliards de dollars.

Deuxièmement, l’immigration illégale

L’immigration clandestine est une lettre de menace entre les mains du Maroc pour faire pression sur l’Espagne et transformer cette menace en un avantage stratégique, mais comment les Africains subsahariens arrivent-ils au Maroc ?

Comment et où entrent-ils au Maroc si ses frontières sont complètement fermées avec l’Algérie et avant les territoires libérés de la République sahraouie (RASD), il y a un mur avec une guerre en cours, que personne ne peut approcher à cause des mines antipersonnel et du nombre de troupes et de soldats des forces d’occupation marocaines qui le gardent d’une part, et l’armée sahraouie de l’autre côté. Le seul point là-bas est le poste frontière illégal d’El Guerguerat que le Maroc a occupé le 13 novembre 2020.

Selon les statistiques officielles, 98 574 immigrants africains, dont soit près de la moitié d’entre eux, étaient des enseignants du primaire, selon l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), qui se sont rendus, par avion, au Maroc à la recherche de travail et d’une vie digne. Le Maroc est-il un pays fiable pour garantir un emploi à ces plus de 30 000 enseignants subsahariens, sachant que le pays souffre d’une pauvreté chronique, du chômage et d’une crise économique et sociale ? Bien sûr que non, mais l’objectif du Maroc est clair : le Maroc a besoin du soutien financier et politique de l’UE pour s’attaquer à la « migration » et à la question du Sahara occidental.

L’Espagne, principal point d’entrée des migrants dans l’Union européenne (UE), pourrait à nouveau enregistrer un nouveau record à la hausse en 2022.

Les arrivées en Espagne, par la route dite de la Méditerranée occidentale et des îles Canaries, ont enregistré une augmentation de 35% par rapport à l’année précédente. Les îles Canaries concentrent à nouveau la majorité des arrivées, qui augmentent de 71% par rapport à l’année dernière. Les chiffres annuels doivent être revus car ils n’incluent pas les 10 000 personnes qui se sont faufilées dans Ceuta.

Voici le rôle de Royal Air Maroc, qui, atteignant la plupart des pays africains, transporte de la drogue du Maroc, ramène de l’argent et ramène également des Africains subsahariens pour les transformer en immigrants africains pour faire chanter l’Espagne et l’Union européenne elle-même.

Il n’y a pas de visa entre le Maroc et un grand nombre de pays africains. La compagnie aérienne marocaine garantit leur arrivée en Europe, par les bateaux, ou leur retour dans leur pays d’origine, et il y a peu d’Africains qui ratent cette occasion, en apportant des profits exquis entre les mains des magnats de l’immigration.

Extrait de : « Et comment les milliers d’immigrants subsahariens qui traversent l’Europe arrivent-ils au Maroc ? » Par ECSAHARAUI

Source : QUI SONT VRAIMENT « LES MAFIAS » QUI AMÈNENT DES MILLIERS D’IMMIGRÉS SUBSAHARIENS AU MAROC ? | Histoire et société (histoireetsociete.com)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.